Nœud de chaise :

 

 

Une boucle qui ne glisse pas. Comme il a l'avantage de ne pas serrer, même sous une traction très forte comme par exemple sur un anneau, il est fréquemment utilisé.

Demi-Nœud :
Demi-Nœud :

  Demi-Nœud :

 

C'est le nœud qui vient automatiquement sous les doigts. Ce nœud ne sert à rien : il manque de volume pour faire un nœud d'arrêt. Une fois serré, il est difficile à défaire. En revanche, pas assez serré, il se dénoue tout seul.

Nœud plein-poing :
Nœud plein-poing :

  Nœud plein-poing :

 

Facile et rapide à réaliser, il sert à faire une boucle ou une poignée sur un cordage. Il est solide mais très difficile à défaire lorsqu’il a subi une forte tension.

Nœud pomme de touline :
Nœud pomme de touline :

Pomme de touline :

Son aspect décoratif peut lui donner d'autres fonctions.
Prendre une ligne de quinze centimètres. Avec le pouce, maintenir le courant dans la paume de la main gauche. Faire deux tours morts sur la main, les doigts légèrement écartés. Puis passer l'extrémité entre les bouts du majeur et de l'annulaire. Ramener l'extrémité vers soi en passant à la base de l'annulaire et du majeur et en entourant les tours d'origine; faire ainsi deux tours, le second au dessus du premier. Enlever cette structure de la main et ajouter les deux derniers tours, en procédant comme sur le schéma

Nœud jambe de chien :
Nœud jambe de chien :

  Nœud jambe de chien :

 

Il raccourcit une corde, ou permet de renforcer une zone abîmée, sans la couper, ni détacher les extrémités.

Nœud de capucin :
Nœud de capucin :

  

Nœud de capucin :

C'est le nœud utilisé par les moines pour la corde qui ceinture leur robe de bure. C'est le nœud définitif parfait, il ne risque pas de se défaire tout seul, et offre un important volume.
Malgré son apparente simplicité, son exécution est beaucoup moins facile qu'il paraît, car pour lui donner la forme régulière qui fait toute son élégance, il faut le tordre sur lui-même pendant qu'on le serre.

Nœud plat :
Nœud plat :

  Nœud plat :

C'est le nœud le plus pratique pour réunir deux cordages. Vous saurez que vous avez bien fait ce nœud, si les boucles coulissent bien l'une dans l'autre. Le nœud plat est parfois difficile à défaire.

Nœud de vache :
Nœud de vache :

  

  Nœud de vache :

Deux cordages réunis par ce nœud retrouveront leur liberté à la première tension.

 

Nœud en huit :
Nœud en huit :

  

  Nœud en huit :

  C'est le nœud d'arrêt par excellence : il présente un bon volume, se fait rapidement et se défait sans difficulté, même très serré. Tendance à se défaire si réalisé trop près de l'extrémité du cordage. Faites le nœud en huit à au moins vingt centimètres de l’extrémité.

Nœud de pécheur :
Nœud de pécheur :

 Nœud de pécheur :

  Ce nœud, même raidi se défait sans peine en écartant simplement les deux nœuds qui le composent.
Pour le réaliser, on juxtapose sur une certaine longueur les deux cordages à rabouter, et l'on fait à l'extrémité de chacun d'eux un demi-nœud autour de l'autre.

Nœud  d’écoute :
Nœud d’écoute :

Nœud  d’écoute :

 

 

La ganse est formée par le plus gros des deux, et le nœud lui-même par le plus fin. Sert à réunir deux cordages de diamètres différents.

Nœud d’agi :
Nœud d’agi :

  

  Nœud d’agi :

  

Ce nœud se compose de deux nœuds de chaise.

Tour mort et deux demi clés :
Tour mort et deux demi clés :

  Tour mort et deux demi clés :

  

Technique la plus facile dans l'urgence.
On entoure la bitte d'amarrage, l'anneau de quai avec le cordage. Ce tour mort fait frein et permet de finir le nœud sans difficulté. Finition par deux demi-clefs sur le dormant du cordage. Ce nœud offre un autre avantage : on peut toujours le défaire facilement.

Nœud de carrick
Nœud de carrick

  Nœud de carrick.

 

 

Demi-clés à capelet :
Demi-clés à capelet :

  Demi-clés à capelet :

 

 

Faire une boucle que l'on laisse tomber par dessus la bitte d'amarrage. Réaliser une seconde boucle, en sens inverse de la première, et juxtaposer à la première. L'ensemble est auto bloquant.

Nœud cabestan :
Nœud cabestan :

  Nœud cabestan :

Nœud  de chaise double :
Nœud de chaise double :

Nœud  de chaise double :

 

Deux boucles différentes qui ne glissent pas.
L'usage le plus courant sert à suspendre un équipier le long de la coque ou à le hisser dans la mature. Faire un premier nœud de chaise simple et le continuer par une deuxième boucle.

Nœud  de mule :
Nœud de mule :

Nœud  de mule :

Nœud  de meunier :
Nœud de meunier :

  Nœud  de meunier :

 

C'est un nœud simple à faire, auto-serrant. Une fois serré, on ne peut plus le dénouer. Il faut alors souvent le couper. Très proche du nœud de cabestan, il comporte une demi-clef supplémentaire qui lui procure une tenue bien supérieure. On peut le serrer particulièrement fort : il restera serré, contrairement au nœud de cabestan. Il a de plus l'avantage d'être facile à couper, sans risque d'abîmer l'objet entouré.

Nœud coulant :
Nœud coulant :

  Nœud coulant :

 

 

C'est le nœud qui consomme le moins de longueur. Un demi-nœud d'arrêt empêche le nœud coulant de se défaire quand on le serre.

Nœud tète d’alouette :
Nœud tète d’alouette :

  Nœud tète d’alouette :

 

C'est un nœud très facile à réaliser, peut glisser et devenir incertain si les deux extrémités de la corde n'ont pas la même charge.

Nœud de grappin :
Nœud de grappin :

  Nœud de grappin :

 

 

On effectue deux tours morts autour de l'anneau, puis on passe le courant du nœud entre l'anneau et les tours morts. Cela correspond à une première demi-clef, on en ajoutera une ou deux autres pour parfaire ce nœud.

Page facebook du site afin de faire connaissance, venez nombreux.

 

https://www.facebook.com/?sk=welcome#!/chevalconseils.sylvaincrt